semaine 29

Pluriel singulier

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 26 juin 2020

Jeu de reflets de Myriam Hornard dans la chaleureuse Maison des Arts de Schaerbeek Photo © DR

"L'Ecume des jours" en 4000 exemplaires ! Une installation très bibliophile d'Alain Bornain Photo © DR

Nombreux sont les artistes et les visiteurs à être séduits par La Maison des Arts de Schaerbeek.  À  l’origine propriété d’une famille de riches drapiers, cette maison bourgeoise fait partie du patrimoine historique classé par les Monuments et sites et est désormais dédiée à la création contemporaine.

Myriam Hornard et Alain Bornain les deux artistes invités, se partagent donc ces locaux délicieusement surannés et y proposent des oeuvres qui n’ont en commun qu’un titre général de l’exposition, à savoir US. Autrement dit le « nous », le genre humain.

Si l’on suit pieusement les marques au sol précisant l’itinéraire « sanitaire » du moment, on trouve d’abord des oeuvres de Myriam Hornard. Entre l’éphémère et le durable, cette plasticienne propose une série de moulages en cire d’objets hétéroclites - comme une chaussure ou un chandelier -  dont la fragilité évidente se confronte avec leurs répliques en bronze. La salle à manger de la maison est consacrée à l’installation d’une suite de vingt petits cadres, lesquels ont manifestement vécu plusieurs vies. Je reconnais ne pas avoir saisi la démarche de l’artiste qui semble ici avoir voulu un jeu de reflets entre le verre des petits cadres et le reste de l’espace. En revanche mon coup de coeur est allé vers ses canevas que l’on trouve à l’étage. Ce sont des canevas préalablement dessinés comme il en existait autrefois, et destinés à être brodés au point de croix. Ici Myriam Hornard est sortie du motif préétabli pour broder les canevas, en quelque sorte, hors des clous. Cela    amène une subtile  modification du dessin initial qui change le regard sur ces anciens travaux d’aiguille. 

L’itinéraire amène ensuite le visiteur dans la « zone » Alain Bornain, lequel a notamment investi la superbe bibliothèque avec l’installation de 4000 exemplaires de « L’Ecume des jours, » de Boris Vian. Il s’agit d’une édition très spéciale où seul le titre apparaît en couverture et dont les pages ne contiennent que les noms de Colin et Chloé, deux héros du roman. Une installation tout à fait en rapport avec le lieu mais dont on ne voit pas ce qu’elle lui apporte, sinon de souligner, à la façon d’aujourd’hui, sa destination première. Réparties dans d’autres endroits, on trouve des toiles, un tapis, un tableau noir, à première vue récupéré d’une école, oeuvres dont les motifs renvoient à la sphère céleste, comme des nuages, des étoiles. Comme sa collègue Myriam Hornard qui a proposé un immense rideau doré, Alain Bornain a disposé des sculptures dont un double bassin (synthétique) humain or 24 carats, formant au final une sorte de calice, ainsi que deux bols harmonieux également dorés évoquant le « us-nous, »  initial qui commence de toute évidence avec le nombre deux. D’autres installations signées par chacun des artistes ponctuent encore ce parcours résolument éclectique et qui retrouve des couleurs après ces trois mois de mise à l’ombre. 

US : Du mercredi au samedi de 11 h à 18 h,  jusqu’au 18 juillet.  Maison des Arts, 147 chaussée d’Haecht, 1030 Schaerbeek. Réservation obligatoire.02 240 34 99 ou info@lamaisondesarts.be

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN