semaine 48

Lionel Vinche à Marilles

Les yeux ouverts par Boris Almayer, le 24 mars 2023

Lionel Vinche-Le Tango-1987

L’Espace d’Arts Le Neuf présente un ensemble de plus de 70 œuvres de Lionel Vinche Exposition jusqu’au 16 avril 2023.
Toute une série d’œuvres sortent ici en pleine lumière. Elles émergent des tiroirs, des fardes et de tous les recoins de l’atelier du peintre. Papiers, cartons et carnets, toiles et panneaux, il y a pléthore d’images, d’écritures et de formats des différentes époques qui se sont succédées.
Car Lionel Vinche (Antoing-1936), entré en peinture dès 1961, n’a depuis quitté cet élan vital et créateur, au profit d’une peinture éblouie de poésie.

Doux rêveur.
Voici l’étrange Monsieur Vinche qui ressemble à ses dessins. Et, plus précisément, à ce personnage à l’allure de petit rond-de-cuir qu’on y retrouve et dont on suit les pérégrinations depuis tant d’années. Sorte d’Ulysse à couvre-chef Belle Époque, ce dirigeant d’orchestre suranné devient le héros d’un exil hasardeux et néanmoins constant, que le peintre nourrit avec jubilation. Il réapparait presque à chaque planche de gravure, ou de peinture sur toile, et devient donc le fil du récit; chevauchant, à l’occasion, une dame ainsi qu’Europe le faisait d’un taureau blanc, ou partant soudain en bateau, mais sur le dos d’une baleine. Un plus grand fusain montre les ébats d’un couple, squattant le panier d’un chat outré. Drôlerie évidente de situations improbables, qui se jouent des proportions du quotidien.

Les mots, les périphrases, les échos de verbiages, ponctuent les compositions et ajoutent ainsi des images aux images. Oui, des liens particuliers se cousent ici entre images et mots, entre pensées qui fulgurent et couleurs qui se moquent des conventions.


Lionel Vinche-gravure

Car ces dessins racontent autant de choses fugaces que de vies anonymes autant qu’intimes. Si l‘on peut penser parfois au néerlandais Corneille, ce serait sans la dérive décorative que l’on a pu repérer durant les dernières années dans la production de ce Cobriste.

Car chez Vinche, la manipulation de plumes acérées, de pinceaux mal ficelés, de taches tombées qui « font peinture », induisent toujours une écriture passionnelle qui, encore, se méfie de la maîtrise, qui ne serait pas celle du seul lyrisme de toute vraie liberté graphique.
Être mauvais élève, c’est déjà être poète…

Le voyage se poursuit par bonds et rebonds, sans aucune exclusive du noir et blanc, de la couleur ou des supports. Nous glissons, patins aux pieds, sur ce miroir ludique, où chaque dérapage induit une joie de jeunesse. Un jeu grave pourtant, qui rappelle notre appartenance à un monde absurde, dont la dérive terrifiante fait de l’œuvre d’art un essentiel plus précieux que jamais. Monde dans lequel Lionel Vinche chemine par tous les détours possibles de sa mécanique de désir de rêves et de souvenirs de bonheur.

Le lieu qui vous accueille est charmant et si le soleil est de la partie, le charme grandit.

Boris Almayer


Espace d’Art Le Neuf, rue Brehen, 9 à 1350 Marilles
Exposition « Doux rêveur » Lionel Vinche jusqu’au 16 avril
Ouvert les samedis et les dimanches de 14h à 18h

Mots-clés