semaine 43

Nazisme= communisme?

Les indignés par GL, le 03 octobre 2019

Joseph Staline (ici à la conférence de Téhéran en 1943) renforça le système de goulag. Photo Wikipédia

Nos parlementaires européens ont passé de longues heures à ne pas lire attentivement une résolution « mémorielle » qui leur a été soumise. Ils ne sont pas retournés dans leurs livres d’histoire pour vérifier ce qu’on leur proposait de voter. Ils n’ont pas pensé à ces milliers de communistes européens qui ont perdu la vie en résistant au nazisme au nom de leurs valeurs communistes. Ni aux millions de soldats soviétiques qui ont permis la victoire contre l’Allemagne nazie.

Bref, les cancres du Parlement européen devraient revoir leur copie car cette résolution est franchement tendancieuse. On ne peut assimiler les horreurs du stalinisme au communisme en tant que philosophie pensée par Karl Marx. De même qu’on ne peut condamner la démocratie (un idéal à atteindre) parce que nos pays démocratiques ont été des colonisateurs sanglants en Afrique, des soutiens à des dictatures d’extrême-droite en Amérique latine, des partenaires de commerce avec des dictatures arabes…

Voici une réaction de personnalités belges dont la conscience est plus éclairée et qu’on ne peut soupçonner de partisans du stalinisme. Elle est suivie d’un décryptage d’un blogueur français, animateur du site les-crises.fr.

A vous de faire votre opinion, après information ! (G.L.)

NON A « L’HISTOIRE OFFICIELLE », DEFENSE DES LIBERTES.

Le 19 septembre dernier, le Parlement européen a voté à une large majorité- de l’extrême-droite au centre-gauche et aux Verts- une résolution dont se dégagent trois idées-forces :

1) La deuxième guerre mondiale a eu pour déclencheur le Pacte germano-soviétique, autrement dit les responsabilités sont partagées entre Hitler et Staline.

2) Leurs régimes totalitaires, communiste et nazi, doivent être également assimilés et condamnés.

3) Les symboles « totalitaires » persistent en Europe, mais heureusement plusieurs pays ont interdit les partis et les symboles communistes.

De quoi parle-t-on, de quels faits concrets ?

Une guerre d’agression et d’anéantissement a été déclenchée le 1er septembre 1939 contre la Pologne par l’Allemagne hitlérienne, qui venait de s’emparer de l’Autriche, de la Tchécoslovaquie, et avait assuré, en compagnie de l’armée fasciste italienne, la victoire de la dictature de Franco en Espagne.

Le Pacte germano-soviétique « de non-agression » a été signé le 23 août 1939, après l’échec des essais soviétiques, tout au long des années trente, de nouer avec l’Angleterre et la France, une alliance tripartite contre Hitler, le dit « pacte de sécurité collective ». Mais les dirigeants britanniques et français de l’époque ont préféré « l’apaisement » avec Hitler et Mussolini, soit les « Accords de Munich » de 1938 qui ont ouvert la voie au démantèlement de la Tchécoslovaquie, au sauvetage de laquelle l’URSS avait proposé une action commune.

C’est dans ce contexte – « oublié » par la résolution européenne - que la diplomatie soviétique fut réorientée et « purgée » par Staline. Le Pacte lui offrait la possibilité de retarder un affrontement auquel l’URSS n’était pas prête.

Le régime stalinien fut imposé par la violence dans les territoires « récupérés » en Pologne et dans les Etats baltes par l’URSS. Tandis que les nazis entamaient la « ghettoïsation » et l’extermination des Juifs, prélude au génocide qu’ils ont poursuivi à grande échelle en URSS.

Mais les députés européens croient-ils qu’un agresseur génocidaire, fondé sur le racisme biologique et l’antisémitisme éradicateur soit équivalent à l’URSS et aux régimes et partis se réclamant du communisme ?

Libres à eux de « relativiser » ainsi le nazisme, voire, pour certains, de réhabiliter les « héros » de la collaboration, en leurs nouveaux habits de « résistants aux régimes totalitaires ».

Ce qui n’est pas acceptable, c’est qu’ils en fassent une « Histoire » officielle, assortie de menaces pour ceux qui n’avaliseraient pas leur révisionnisme, qu’il s’agisse d’Etats (comme la Russie) ou de formations politiques qualifiées de « communistes ».

Les historiens doivent pouvoir poursuivre leurs recherches à l’abri de toute intimidation politique.

En citant en exemple des régimes de l’Est qui interdisent des partis de gauche, dont certains réhabilitent leurs anciennes « gloires » fascistes et collaborationnistes, on devine ce que risque d’annoncer cette résolution du Parlement européen : un révisionnisme agressif et la restriction des libertés publiques.

Signataires : Mateo Alaluf, prof honoraire de l’ULB; Jacques Aron, prof honoraire, essayiste; Nicolas Bardos, prof émérite UCL; Jean Marie Chauvier, journaliste retraité, essayiste; Lydia Chagoll, cinéaste-écrivaine; Paul Delmotte, prof retraité IHECS; Marc Delrez, Pro ULiège; Jean Delval, comédien/éditeur; Serge Deruette, prof de Sciences politiques UMONS; Vincent Engel, écrivain, prof UCL; Pierre Galand, ancien sénateur; Eric Geerkens, prof ULiège; Pierre Gillis, prof honoraire UMONS; José Gotovitch prof hon. d’histoire contemporaine ULB; Catherine Gravet, Vice-doyenne, Chef du Service de Communication écrite UMons; Geoffrey Geuens, prof ULiège; Patrick Italiano, chercheur en sociologie ULiège; Marc Jaquemain, sociologue, prof honoraire ULiège; Hugues Le Paige, journaliste réalisateur; Anne Morelli, prof honoraire de l’ULB ; Jean Moulin, Dr en Sciences physiques ULB; Christine Pagnoulle, chargée de cours à la retraite ULiège; Jean Salmon, prof émérite ULB; Daniel Soil, diplomate Wallonie-Bruxelles honoraire, écrivain public; Jean-Maurice Rosier, prof honoraire ULB; Emy Spelkens, historienne, Insp.Gén.Hon. de WBI.

  • Voici aussi le texte complet de la résolution annoté par Olivier Berruyer sans un angle français :

https://www.les-crises.fr/quand-le-parlement-europeen-manipule-lhistoire-par-olivier-berruyer/

Voici aussi sur notre site :

http://www.entreleslignes.be/humeurs/l-tu-lululu/du-rouge-au-tricolore

Ou comment les communistes belges ont résisté au nazisme.

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Commentaires

Portrait de Jacques Feron
C'est vrai qu'interdire le communisme, c'est un peu comme si on interdisait la république parce qu'il y a eu Robespierre et la Terreur. Je ne vois pas un seul pays qui ait été réellement communiste sur le long terme, ou alors cela ne s'appelait pas communisme ou c'est un petit pays très discret. Les républiques "socialistes" soviétiques ou non se disaient communistes, mais c'étaient des dictatures d'élites qui avaient pris le pouvoir par la force, que ce soit contre l'ancien régime (Russie, Cuba) et/ou le colonisateur (Algérie,...), en se revendiquant du peuple, le temps de prendre ce pouvoir et ensuite pour la propagande.
Portrait de José Perez
Je ne signerai pas une pétition où figure la tronche de Staline. Un drapeau rouge, une cerise, la tête de Guy Mocquet ou celle de Julien Lahaut, oui. La figure de la Pasionaria ou celle du Che, oui. Celle de Mandela ou Ferrat, celle de Lorca ou Rosa Luxemburg, celle de Marx ou Rousseau, oui. Celle d'Anatole France, de Zola ou de Hugo, celle de mon père, de mon grand-père, oui. Celle du Front Populaire ou de la Commune, oui. Mais Staline, non !

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN