semaine 38

Assange et Wikileaks : du vrai journalisme !

Les indignés par GL, le 28 août 2019

Julian Assange lors d’une conférence de presse donnée en 2014 à Londres à l’ambassade de l’Equateur. Photo © David G Silvers (Cancillería del Ecuador). Wikipedia.

Ce n’est pas à cause de l’été ou des vacances que l’indifférence semble régner sur le sort de Julian Assange. Notre confrère Marc Molitor nous livre ici une analyse fouillée. Elle répond parfaitement au « coup de gueule » d’Erik Rydberg publié sur notre site sous le titre « C‘est qui ça ? »:  http://entreleslignes.be/le-cercle/erik-rydberg/c-est-qui-%C3%A7a

1) DES CONDITIONS DE DETENTION SCANDALEUSES, UNE SANTE TRES DEGRADEE

Le fondateur de Wikileaks est emprisonné depuis maintenant presque cinq mois (après sept ans dans une pièce de l’ambassade d’Equateur à Londres) dans la prison londonienne de Bellmarsh. Peu d’informations filtrent sur son sort et celles dont on dispose sont scandaleuses et alarmantes : régime de haute sécurité (pour quelles raisons ?) – la plus grande partie du temps en cellule, contacts avec l’extérieur très limités. A part les avocats (temps très limité), deux visites par mois sont autorisées. Etat de santé détérioré. Guère d’informations sur le suivi médical.

L’arbitraire semble total de la part des autorités de la prison (et sans doute plus haut). Les quelques personnes qui ont pu le voir sont alarmées.

Très peu de médias semblent s’intéresser à son sort et solliciter plus d’informations de la part des autorités.

2) ASSANGE ET WIKILEAKS SONT BIEN DES MEDIAS D’INFORMATION, éditeur et journalistes. PAS DE COMPLOT AVEC LA RUSSIE pour saboter Clinton et favoriser l’élection de Trump, mais bien un travail d’information légitime.

Deux décisions de justice sont à relever, qui sont très importantes dans ce dossier

2.1 Une ancienne décision (novembre 2017) d’un tribunal britannique, reconnaît que Wikileaks est un média. Assange et ses collaborateurs sont bien reconnus comme éditeurs et /ou journalistes.

https://www.theguardian.com/media/2017/dec/14/wikileaks-recognised-as-a-media-organisation-by-uk-tribunal

Cela peut paraître évident à beaucoup, mais ce ne l’était pas pour un certain nombre d’autorités, de médias et de gens. Et pourtant c’est une question essentielle : les autorités américaines (Pompeo et autres) notamment dénient cette qualité à Wikileaks et Assange, qu’ils qualifient « d’acteurs non étatiques hostiles ». La qualité de média/éditeur/journaliste permet à Assange et Wikileaks de bénéficier des garanties constitutionnelles qui protègent les médias aux USA (et ailleurs). On comprend pourquoi le gouvernement américain lui dénie cela.

Certains médias aussi dénient à Assange la qualité de journaliste, pour diverses raisons sur lesquelles on reviendra. On l’appellerait plutôt un lanceur d’alerte. C’est une confusion qui peut être dommageable. En effet un journaliste bénéficie de plus de protection juridique qu’un lanceur d’alerte. Wikileaks est un média qui permet aux lanceurs d’alertes de diffuser leurs informations sans crainte d’être démasqués. Mais Wikileaks n’est pas lui-même lanceur d’alerte.

Qualifier Assange de lanceur d'alerte ou uniquement de source peut être non seulement impropre mais aussi dangereux, car cela pourrait affaiblir sa position dans un processus d'extradition potentiel.

Les sources ou lanceurs d'alerte transgressent souvent des lois, et à bon escient souvent, mais il est plus facile de les poursuivre, par exemple, pour violation du secret professionnel. Chelsea Manning (Bradley à l'époque) a violé la loi US, mais plaidait que c'était pour dénoncer des crimes. Snowden aussi peut être poursuivi, mais ses motivations sont hautement éthiques.

Wikileaks et Assange permettent aux lanceurs d'alerte d'exister et d'agir à moindre risque. Mais ils ne le sont pas eux-mêmes. Eux, ce sont des diffuseurs, des éditeurs en quelque sorte, et occasionnellement des journalistes lorsqu'ils décident de traiter eux-mêmes certaines infos qu'ils reçoivent. Mais comme ils en sont souvent très peu capables eux-mêmes (petite équipe), ce sont les "détaillants" (journaux, tv, radio, etc...) qui doivent faire le job en quelque sorte.

Je sais que c'est un peu complexe car Wikileaks est à la fois éditeur, source, "grossiste" en quelque sorte, mais publie et traite lui-même des infos.

En rangeant WL et Assange dans la catégorie médias d'infos-éditeur - journaliste, on les protège mieux puisque s'appliquent à eux la protection des sources et autres dispositions légales de protection de la profession, ce qui n'est pas le cas pour des lanceurs d'alerte (jusqu'ici en tout cas, malgré des améliorations récentes de leur statut...)

Alors que WL et Assange devraient bénéficier à cet égard de la solidarité absolue des organisations de journalistes, d’éditeurs et de nombreux médias, c’est une atonie inquiétante qui règne.

2.2  Jugement dans le procès intenté par parti démocrate américain contre une série de gens (de la campagne Trump) et contre Wikileaks

Le parti démocrate américain a assigné en justice une série de gens de la campagne Trump d’un côté, ainsi que Wikileaks par ailleurs, accusant notamment WL d’avoir participé au piratage des emails des responsables démocrates par des organes russes et diffusé ces emails, et comploté avec des entités russes, portant ainsi atteinte et dommage au parti et à la campagne de Clinton. Ces accusations imprègnent l’esprit d’un certain nombre de gens et de médias, en Europe comme aux USA, pour conclure que WL et Assange ont ainsi aidé à faire élire Trump. C’est la thèse du « Russiagate » auquel Assange et WL auraient participé.

Le jugement de la cour fédérale de New York Sud vient de tomber, fin juillet. Il rejette toutes les accusations. Aucun complot entre WL et des entités russes, aucun vol de documents par Wikileaks.

Wikileaks s’est procuré et a diffusé des documents subtilisés par d’autres (à noter que d’autres médias ont aussi publié ces documents mais qu’on se focalise sur Wikileaks), et il était parfaitement fondé et légitime à le faire, écrit le juge, comme n’importe quel organe de presse peut le faire. WL tombe sous le coup de la protection accordé par la constitution américaine aux médias d’information.

Voici des informations supplémentaires et le texte du jugement :

https://defend.wikileaks.org/2019/08/03/dnc-lawsuit-dismissed/

A relever que pratiquement aucun média européen n'a relevé ce jugement.

Marc Molitor

A lire aussi:

https://www.cetim.ch/la-campagne-mondiale-condamne-larrestation-de-julian-assange/

http://bxl.attac.be/spip/spip.php?article1589

Mots-clés

Commentaires

Portrait de Erik-Stefan Rydberg
https://mrmondialisation.org/julian-assange-meurt-a-petit-feu-en-ce-moment-dans-lindifference/?fbclid=IwAR3z7OY8Hi87pIvmYgWYhzq57Q89Dg3e0F9W0qTEHZRLGvkj6gieZaPV1NI (no comment.)

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN