semaine 29

Le flic évanoui du bourgmestre retraité

L'as-tu lu,lulu? par Nous on l'a lu, le 26 novembre 2018

Que faire quand sonne l'heure de la retraite après avoir commencé sa vie active comme journaliste et l'avoir terminée près d'un demi-siècle plus tard comme bourgmestre d'une grosse commune? Eh bien, écrire, pardi. C'est ce que Willy Decourty, qui fut à la tête d'Ixelles pendant quinze ans, s'est dit. Et le résultat, le voici, avec "Le Flic évanoui", roman d'un genre hybride: s'agit-il d'un polar, d'un livre de souvenirs, d'une éducation sentimentale ou d'un roman d'aventures? Comme le dirait un publicitaire désirieux de faire de la réclame pour les fromages belges, un peu de tout. C'est l'histoire d'un jeune journaliste (tiens tiens) qui débute et qui est mêlé malgré lui à une histoire où se mêlent l'amitié (à moins que ce ne soit l'amour), la désespérance et la nostalgie d'un temps révolu, celui des années 70, où Bruxelles faisait certes beaucoup trop de place à la bagnole mais où ça bruxellait encore, de chez Paul au Gaity aux bistrots où la bière coulait à flots continus et aux demoiselles peu farouches, entre la libération de mai 68 et la punition des années sida... J'ai mis trois points de suspension car si j'ai un reproche à faire au style de Willy Decourty, c'est cet abus d'une ponctuation envahissante. Sinon le style est léché, parfois peut-être un poil trop dans les dialogues, mais c'était le prix à payer pour éviter le fameux style journalistique (lequel, je vais vous révéler un secret, n'a jamais existé). Je connais Willy Decourty depuis 50 ans: nous étions trois à couvrir l'actu de l'ULB depuis 1968, Francis Burstin pour la Libre, lui pour le Peuple et moi pour le soir. C'est donc un vieux copain mais ne prenez pas ceci pour du spécial copinage: son livre est distrayant et comme il est en réalité un flash back presque complet, il peut se permettre de montrer combien, avec le recul, cette époque bénie véhiculait ses horreurs, ses bassesses et ses préjugés. La fin de l'histoire, comble du raffinement, est ouverte alors qu'on la croit fermée depuis les premières pages. Maxime Rossini connaîtra-t-il d'autres aventures ou changera-t-il de personnage principal? Le roman suivant est en cours d'écriture. Lisez déjà celui-ci. (Jean Rebuffat)

Mots-clés

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN